Le port de plaisance : un acteur de la vie locale

Publié le 9 mai 2014

À l’instar du camping municipal et du site du phare de Chassiron, le port de Saint-Denis participe à la vie locale. Petit tour d’horizon sur cet acteur incontournable.

 Le port de plaisance, qui à l’origine ne permettait que l’échouage de 200 petits bateaux, a été reconstruit en 1989. Devenu port en eau profonde et agrandi pour 730 emplacements, le nouveau port est devenu une attraction pour Saint-Denis que l’on vienne de la mer ou par la route. La liste d’attente pour les places le prouve, il faut actuellement attendre entre 7 et 10 ans pour en obtenir une. L’accueil des visiteurs en escale est aussi une priorité pour le port, c’est ainsi que l’an passé 3070 bateaux ont pu être accueillis. « Nous avons mis en place une “gestion dynamique des emplacements“, explique Rodolphe Mouclier directeur du port, et grâce à ce système nous avons pu accueillir jusqu’à 108 bateaux en escale le même jour ».

Port de plaisance

Le port de plaisance acteur de la dynamique locale. © S.M.

Favoriser les visiteurs et aider les locaux

Cette gestion dynamique est une proposition faite aux 660 locataires d’emplacements annualisés de sortir leur bateau de l’eau deux mois consécutifs du 1er juin au 30 septembre, ou six semaines du 1er juillet au 31 août. Les bateaux sont soit stockés sur le parking en calcaire pour 2 € par jour maximum ou emportés en dehors de la zone portuaire par leurs propriétaires. En échange la gestion propose une ristourne de 200 € sur le loyer annuel ainsi qu’un 365e de la taxe par jour de relocation de l’emplacement à des visiteurs ou des résidents secondaires. « Il va de soit que nous leur appliquons les tarifs haute saison, indique Alain Charlet deuxième adjoint au maire en charge du nautisme porteur du projet, la différence aide au fonctionnement du port ». En 2013, pour la deuxième année, ce sont 18 000 € qui ont été générés et une fois les forfaits rétrocédés aux annualisés il restait 9000 €. « Les efforts que fait le port sont pour le bénéfice de tous les acteurs locaux, déclare Alain Charlet, que ce soit pour les restaurants, les commerces ou les professionnels du nautisme et même la population ou les touristes, nous faisons en sorte que le bénéfice soit commun ».

Un budget serré mais des finances saines

La construction du port en 1988 a coûté 55 MF (env. 8 M€). L’emprunt a été renégocié deux fois pour permettre d’amener l’annualité à 470 K€, somme qui est portée à 600 K€ depuis la construction de la zone commerciale en bois en 2006. Le budget total du port qui est de 1,724 M€ supporte le remboursement des emprunts jusqu’en 2027. Malgré tout les finances sont saines puisque depuis 2008 aucun euro n’a été emprunté. La capitainerie et le bloc sanitaire ont été rénovés en 2010 sur fonds propres et des travaux ont été effectués sur les bâtiments de la zone commerciale pour des problèmes structurels.

Le port emploie 5 permanents et un emploi d’avenir, en saison un renfort de 3 jobs d’étudiants vient étoffer l’équipe.

Laisser un commentaire