Le chantier du Bois Marin restaure des bateaux pas comme les autres

Publiè le 25 janvier 2013

Cette entreprise créée en 2007 par deux frères restaure des bateaux traditionnels en bois.

Un chantier naval installé au milieu des vignes près de Chaucre voilà qui pourrait paraître surprenant, mais un chantier naval qui restaure des bateaux traditionnels en bois et même classés monuments historiques par la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) de Poitier est bien plus exceptionnel. Cette entreprise a été créée en 2007 par deux frères, Jean François et Julien Coussy dont l’un est issu de la gestion forestière et l’autre qui a été formé à la charpente navale aux Ateliers de l’Enfer à Douarnenez en Bretagne. « Mon BTS de gestion forestière m‘a permis de bien connaître les diverses essences de bois , explique Jean François Coussy, une connaissance bien utile quand il s’agit de choisir les bois nécessaires aux restaurations ». Il décide en 2000 de travailler à la restauration des bateaux traditionnels et rentre en apprentissage au chantier associatif Tramasset près de Bordeaux, puis quatre ans plus tard aux chantiers Joubert à la Tremblade ou il se confirmera dans le métier de charpentier maritime. Julien Coussy, lui, après sa formation travaillera dans divers chantiers en Bretagne. En 2006 le chantier Joubert étant à rependre, les deux frères préfèreront racheter une partie des machines et le stock de bois et créer leur propre chantier.

 Spécialité, vieux bateaux en bois à rénover

 Après un démarrage d’activité en douceur sur de petites unités, un chantier d’exception se présente avec le Lola of Skagen*  cotre aurique de Jean-François Garenne, armé pour la pêche construit en 1919 au Danemark et basé à St Denis d’Oléron. C’est l’opération “Grand carénage“ où beaucoup d’éléments de ce bateau de 17 mètres seront refaits : quille, pont, bordé (éléments de la coque). Ce chantier durera d’octobre 2010 à mars 2011. « Avec ce bateau nous ne sommes pas loin du maximum de taille, déclare Jean François Coussy, certains éléments commencent à peser très lourd et sont difficiles à manipuler ». Puis ce sera Clapotis un sloop baliseur classé monument historique basé à Boyardville dont plusieurs éléments d’importance seront refait début 2012.

 Amphitrite, un petit bateau d’exception

 Cet hiver (2012/13) c’est Amphitrite sloop de pêche à la voile de 7 mètres construit en 1927 au chantier Bernard à la Tremblade qui fait l’objet d’une grande révision. Ce bateau conçu pour la pêche dans les coureaux d’Oléron voulu très bon marcheur par son premier propriétaire Marius Fouché grand amateur de régates fut armé d’un moteur de 20 CV en 1938 afin de travailler à l’ostréiculture. Après 60 ans de labeur à la pêche il est désarmé et laissé à l’abandon dans le port de Marennes. Racheté en 1987 par un amateur M. Roger Touton de la Flotte en Ré il est classé monument historique par la DRAC car les petits bateaux traditionnels classés sont rares.

1 Amphitrite coque Amphitrite déquillé © S.M.

Roger Touton très respectueux de ce patrimoine local le fait naviguer et participe aux grand rassemblements comme “les Tonnerres de Brest 2012“ et gagne même des régates dans sa catégorie. Ce Chantier doit permettre de refaire la quille, la moitié des varangues (les côtes du bateau), le tableau arrière, l’étrave et une partie du bordé. Le gréement est à réviser et une partie de l’accastillage sera reforgé au chantier en acier galvanisé, tout cela selon les directives de la DRAC. « Tout doit être refait à l’identique avec le même savoir-faire qu’à l’époque de sa construction, indique Jean François Coussy, même procédé, même bois. Ce qui est plaisant dans ce type de chantier, c’est qu’il faut toucher à tout et connaître les techniques, nous en apprenons tous les jours… ».

4 Amphitrite pont

Vue du chantier sur les varangues à travers le cockpit © S.M.

* Le Lola of Skagen ne peut être classé monument historique car il a été construit au Danemark.

Laisser un commentaire