De la terre au conte, une vie

Les pieds bien ancré dans la terre de son île, Roger Bithonneau conteur et poète est une figure oléronaise. Portrait d’un homme attachant.

Dyonisien depuis toujours, Roger Bithonneau est issu d’une famille qui tentait de vivre de la vigne. Jeune, malgré une scolarité perturbée par la guerre, il apprend à aimer les mots. Il fréquente alors les intellectuels russes réfugiés sur l’île qui, en dépit d’une grande indigence, se réunissaient une fois par semaine pour déclamer les grands écrivains russes. Après guerre, la création des Foyer ruraux est un des moyens pour lutter contre le dépeuplement rural. L’instituteur de Saint-Denis attrape les jeunes de la commune et leur enjoint de créer un foyer rural. Roger Bithonneau y participe un peu à contre-cœur, « je n’avais pas confiance en ma propre culture ». Les années passent, le viticulteur ajoute l’élevage laitier à son exploitation pour améliorer l’ordinaire.

Un jour le foyer rural reçoit un groupe de chants béarnais, « nous sommes à notre tour allé les voir chez eux et ce fut l’élément déclencheur de la création du groupe des Mareyants ». Roger Bithonneau a pour modèle Émile Raguin, poète Franc-comtois d’une grande rigueur. Devenu écrivain paysan il adhère à l’Association des Écrivains et Artistes Paysans qui compte des membres partout en Europe et même au Québec. Roger Bithonneau se mets à écrire des textes, contes et chansons, poèmes presque tous issus de la culture locale qui parlent du pays avec « émotion et attachement » comme “Antioche“, un chant qui raconte le naufrage du navire Port Calédonia en 1924. « Nos mères, nos tantes nous décrivaient l’horrible naufrage en le démesurant, raconte-t-il, ceci dans le but de nous éloigner et nous protéger de la mer ». Ses chansons il les accompagne à la clarinette avec le groupe des Mareyants, « Un jour mon père m’a tendu une clarinette, explique le conteur, j’ai immédiatement compris qu’il était hors de question de ne pas savoir en jouer, alors je m’y suis attelé… ».

Roger Bithonneau

Roger Bithonneau, une vie d’écriture pour le plaisir de tous. © S.M.

 

Une rencontre importante

En 1988 Roger Bithonneau participe à un stage de conte au Château dont l’animateur n’est autre qu’Henri Gougaud. Son sujet de fin de stage tiré au sort, le conteur le déclame devant l’assistance et impressionne Henri Gougaud. « Je l’ai écrit en phrases de six pieds, explique-t-il, c’est une structure qui donne du rythme et oblige à rechercher son vocabulaire », il ne manque que les rîmes pour en faire des alexandrins. Le maître Henri Gougaud est impressionné, lui aussi utilise parfois cette forme d’écriture. Imaginez la satisfaction de Roger Bithonneau.

Maire aussi

Roger Bithonneau a aussi été maire de Saint-Denis, de 1995 à 2008 il a mené deux mandats dont certaines de ses réalisations le rendent fier. Tout d’abord l’aménagement paysager et muséographique du site de Chassiron, puis la création de la zone commerciale du port de plaisance et enfin un lotissement d’accès à la propriété sur des terrains à 50 % du prix  du marché.

Les spectacles des Mareyants

À 82 ans, Roger Bithonneau continue d’écrire pour le nouveau spectacle des Mareyants prévu au mois d’août 2015. “D’îles en îles“ raconte le voyage d’un gars du pays parti sur son bateau à travers les îles de l’Atlantique, qui revient chargé d’histoires.

Laisser un commentaire