Un aménagement efficace à la pointe du Prouard

Édité le 22 mai 2015

La digue artificielle du Prouard construite en 2008 a engendré un espace naturel de biodiversité qui est désormais protégé.

Cette digue de 350 mètres constituée de blocs calcaires empilés recouverts de 85 000 m3 de sable pris dans les pièges à sable de Saint-Denis permet, grâce à l’action du vent et de l’océan, l’accumulation du sable immédiatement au sud de l’ouvrage dans le but de prémunir le trait de côte des submersions. « Une conséquence assez inattendue de l’action de la digue a été la formation d’un cordon dunaire sous l’action du vent, indique Jean-Michel Massé maire de Saint-Denis, une petite lagune s’est formée que nous avons fait combler en étalant le sable du cordon, la nature a fait le reste ».

Un aménagement efficace à la pointe du Prouard dans Mes papiers archivés prouard

Dans ce triangle d’environ 5 hectares nichent une cinquantaine de couples de gravelots à collier interrompu. © S.M.

Dans ce triangle d’environ 5 hectares, un nouveau milieu naturel s’est créé entre la digue et la plage se colonisant de plantes pionnières qui fixent le sable et attirent des oiseaux dont une cinquantaine de couples du remarquable Gravelot à collier interrompu qui a choisi le site pour en faire son lieu de nidification majeure en Charente-Maritime, soit un tiers des effectifs. L’endroit est donc devenu fortement intéressant du point de vue écologique et d’un attrait touristique indéniable au vu de l’engraissement de la plage par le sable piégé. Le Gravelot, peu farouche s’il n’est pas dérangé, nichant au sol de fin mars à fin juillet,  voit le risque de piétinement des nids par le passage des plagistes accentué ce qui a mené les communes de La Brée et Saint-Denis à protéger le site en le faisant clore avec 200 mètres de ganivelles par les agents des espaces naturels de la CdC.

prouard-4 dans Mes papiers archivés

200 mètres de ganivelles ont été posés par les agents des espaces naturels de la CdC. © S.M.

Dans le même temps, trois accès à la plage ont été supprimés et deux maintenus pour y simplifier l’accessibilité et protéger la biodiversité du site. Des panneaux d’information qui décrivent l’historique du lieu et l’intérêt de sa préservation sont installés sur une plateforme d’observation. Le tour du site est possible et donc n’incite pas à passer au travers.

prouard-3

 

Lors de l’inauguration du site sur la plateforme d’information, Jean-Michel Massé maire de Saint-Denis, Dominique Ravelle conseillère départementale, Pascal Massicot président de la CdCÎØ et Michel Parent conseiller départemental. © S.M.

Ces travaux ont été réalisés pour un budget de 13 679 € dont 40 % pour le département, 20 % pour la Communauté de communes de l’île d’Oléron, 30 % pour La Brée et 10 % pour Saint-Denis. « Le Conseil Général et maintenant le Conseil départemental ont toujours pris une responsabilité pour la protection du littoral en partage avec la Communauté de communes, déclare Michel Parent conseiller départemental, c’est un devoir pour nous de nous mobiliser pour ces actions ».

Laisser un commentaire